Le Livre Rouge

« Ce n’est pas une doctrine, pas un enseignement que je vous donne. D’où tirerais-je le droit de vous donner des leçons ? Je vous révèle le chemin de cet être humain, son chemin mais pas votre chemin. Mon chemin n’est pas votre chemin ; je ne peux donc pas vous instruire. Le chemin est en vous, mais pas dans les dieux, ni dans les doctrines ni dans les lois. C’est en nous qu’est le chemin, la vérité et la vie.

Malheur à ceux qui vivent selon des modèles ! La vie n’est pas avec eux. Si vous vivez selon un modèle, vous vivez la vie d’un modèle, mais qui vivra votre vie sinon vous-mêmes ? Donc vivez-vous vous mêmes.

Les panneaux indicateurs sont tombés, des sentiers incertains se déroulent devant nous. Ne soyez pas avides d’avaler les fruits qui se trouvent dans le champ des autres. Ne savez-vous pas que vous êtes vous-mêmes le champ fertile qui porte tout ce qui vous est utile ?

Que chacun cherche son propre chemin. Le chemin conduit à un amour réciproque dans la communauté. Les hommes verront et sentiront la ressemblance et le caractère commun de leurs chemins ».

Carl Gustav JUNG, Le livre rouge, Liber novus, ed. L’iconoclaste / La compagnie du Livre rouge, 2011, page 231.

Autrement dit, le travail de prise de conscience, l’individuation, est un chemin individuel, personnel. Le chercher dans des doctrines, des dogmes, des rituels collectifs, c’est se fourvoyer, se réduire à être un élément d’une secte, un adepte soumis, au lieu de trouver son unicité.